+33 (0)9.81.07.86.22 | +33 (0)6.10.25.55.00 aborigenefr@gmail.com

Angelina Pwerle Ngale

Collections

  • Allen, Allen and Hemsley Collection, Sydney.
  • ANZ Bank, Melbourne.
  • Art Gallery of Ballarat, Victoria.
  • Art Gallery of South Australia, Adelaide.
  • Artbank, Sydney.
  • Australian Catholic University Art Collection, Melbourne.
  • Benalla Regional Art Gallery, Victoria.
  • Commonwealth Law Courts, Melbourne.
  • Holmes á Court Collection, Perth.
  • Kerry Stokes Collection, Perth.
  • Latrobe University Collection, Melbourne.
  • Mansion Hotel, Melbourne.
  • National Gallery of Australia, Canberra.
  • National Gallery of Victoria, Melbourne.
  • Queensland Art Gallery / Gallery of Modern Art, Queensland.
  • Royal Alexandra Hospital for Children, Sydney.
  • Sir Elton John Collection.
  • TarraWarra Museum of Art, Victoria.

Œuvres

Biographie

Angelina Pwerle Ngale est née vers 1946, les travaux d’Angelina portent principalement sur des représentations du rêve de prunier d’Amérique. Ce sujet est l’une des nombreuses formes d’expression, mais il se caractérise le plus souvent par un grand nombre de techniques de pointillés fines.

En 1977, suite au succès des premières œuvres d’art produites à Papunya; débute la fabrication de batiks à Utopia.

A la fin des années 1980 les femmes et quelques rares hommes commencent à peindre sur toile.

C’est le début d’une grande aventure qui va connaître un succès considérable notamment grâce à Emily Kame Kngwerreye, aux sœurs Petyarre et à quelques autres artistes dont Angelina.

Angelina Pwerle vit et travaille à Ngkawenyere, Utopia, Territoire du Nord.

Pour peindre, elle va essentiellement s’inspirer d’un thème récurrent chez de nombreuses initiées de cette communauté : le Rêve de Prune Sauvage.

Ces femmes donnent à ce Rêve des formes très différentes. Angelina le décrit en général uniquement avec des petits points de différentes tailles.

Ses toiles sont un mixe entre les connaissances traditionnelles de « son Pays », c’est-à-dire la terre dont elle est la gardienne spirituelle, en l’occurrence Arlparra, et une expression plus personnelle.

Des milliers de points sont déposés sur la toile, des points colorés ou au contraire quasi uniquement blancs, décrivant la flore, la géographie du désert dans la région de Arlparra et les sites sacrés associé au Rêve de Prune Sauvage.