Kathleen Petyarre

Collections

Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, Quai Branly, Paris, France / Musée des Confluences, Lyon, France
Aboriginal Art Museum, Utrecht, The Netherlands / The Vroom Collection, The Netherlands
Seattle Art Museum, Seattle, Washington, USA
/ Kelton Foundation, Los Angeles, California, USA / Harvard University (Peabody-Essex Anthropology and Ethnology Museum), Salem, Massachusetts, USA / Levi-Kaplan Collection, Seattle, Washington, USA /  Kluge-Rhue Collection, University of West Virginia VA, USA
Museum Puri Lukisan, Ubud, Indonesia
Collection of HM Queen Elizabeth II, England
Thomas Vroom Collection, Amsterdam, Hollande
Kunsthaus – Sammlung Essl, Klosterneuburg, Australia
National Gallery of Australie , Canberra ACT, Australia Art Gallery of New South Wales, Sydney NSW, Australia Art Gallery of South Australia, Adelaide SA, Australie The Kerry Stokes Collection, Perth WA, Australia The Museum & Art Galleries of the Northern Territory, Darwin NT, Australia Flinders University Art Museum, Adelaide SA, Australia A.T.S.I.C. Collection, Adelaide SA, Australia National Gallery of Victoria, Melbourne VIC, Australia University of South Australia Art Museum, Adelaide SA, Australia Edith Cowan University, Perth WA, Australia Holmes a Court Collection Perth, Australia

Prix

1996 Overall Winner of the Telstra 13th National Aboriginal & Torres Strait Islander Art Award, Darwin, * 1997 Overall Winner of the Visy Board Art Prize, the Barossa Vintage Festival Art Show, Nurioopta SA, Au * 1998 Finalist Seppelts Contemporary Art Award – Museum of Contemporary Art, Sydney,
* 1998 Winner, People’s Choice Award, 1998 Seppelts Contemporary Art Award, Museum of Contemporary Art, Sydney, NSW, Australia.

Œuvres

Biographie

Kathleen est née vers 1940. De son nom aborigène Kweyetwemp, elle a vécu de façon très traditionnelle dans sa jeunesse, parcourant à pieds les terres de son père avec toute sa famille. Durant cette période de vie nomade, Kathleen incorpore peu à peu les connaissances traditionnelles : celles de la vie profane comme la façon de trouver la nourriture et de la préparer mais surtout celles de la vie spirituelle et culturelle, l’histoire des sites sacrés, leurs associations avec les Rêves, les Ancêtres, et notamment l’histoire associée à son lieu de naissance Atnangker, site du Rêve de la Vieille Femme Diabolique des Montagnes (Aknkerrth, ou du Lézard Diabolique des Montagnes) qui sera plus tard la source principale de ses œuvres.

En 1969, les organisations gouvernementales décident d’ouvrir une école à Utopia. Ce sera une caravane où Kathleen trouvera un emploi d’assistante qu’elle occupera pendant près de 20 ans. En 1991, Kathelen rencontre Ray Beamish, un blanc qui loue ses services aux fermes du Désert Central. Ils vont vivre en couple pendant plusieurs années. Ray va aider à compléter le fond pointilliste des toiles de certaines artistes âgées (c’est une pratique courante dans les années 1970/80 et qui perdure parfois; c’est tout à fait admis si le travail se fait sous le contrôle de celui qui détient les droits sur les motifs qui sont peints et cela se fait généralement uniquement pour le « décor » pointilliste et non pour les motifs rituels).

Ray va aider aussi Kathleen à compléter ses toiles dont les thèmes dépendent directement des 3 Rêves sur lesquels Kathleen à des droits importants : Rêve du Lézard Diabolique des Montagnes, Rêves de Graines du Bush et Rêve du Haricot Vert. Cette aide est la bienvenue puisque la technique si particulière de Kathleen- elle emplit sa toile de points minuscules- demande 2 à 3 semaines de travail pour terminer une peinture.

En 1996, la première exposition de Kathleen voit le jour. C’est un succès énorme, toutes les toiles sont vendues mais surtout une grande surprise pour une artiste qui il y a peu était encore quasi inconnue. La renommée vient la même année. Elle remporte le plus prestigieux prix artistique décerné aux artistes aborigènes, le 13 ième Testra National Aboriginal art award avec la toile « Storm in Atnangkere Country II ».

Ce prix la propulse sur le devant de la scène artistique et médiatique.

Les toiles magnifiques de Kathleen, tout comme celles d’autres artistes du Désert Central, synthétisent les connaissances spaciales et spirituelles des aborigènes mais transcendent la seule lecture aborigène pour déboucher sur une expression artistique très personnelle.
C’est cela qui a contribué à faire de Kathleen une artiste de renommée internationale. Elle a remporté ou a été finaliste lors de plusieurs prix artistiques importants, et ses œuvres (essentiellement des toiles mais aussi des batiks et des gravures) figurent aujourd’hui dans de très nombreuses collections.

Expositions:

1991 Royal Hibernian Academy, Dublin, Ireland
1995 Ludwig Forum für Internationale Kunst, Aachen, Germany
2000 New Directions in Contemporary Aboriginal Painting, San Francisco CA, USA
2002 Gallerie Commines, Paris, France
2006 Galerie Clément, Vevey, Switzerland / 2006 Hood Museum of Art, Dartmouth College, New Hampshire, USA 2006 National Museum of Women in the Arts, Washington DC, USA
2006 Prism – Contemporary Australian Art at the Bridgestone Museum of Art, Tokyo, Japan
2007 Galerie Rigassi, Bern, Switzerland / 2007 Gallery Anthony Curtis, Boston MA, USA
2009 Musée de Sens collaboration, France avec Marc Yvonnou, Nicolas ANDRIN 2011 Mairie du XVIème de Paris, « Aborigène Galerie », Marc Yvonnou, Nicolas ANDRIN 2011 Galerie Ange Basso, St Germain des près pour « Aborigène Galerie », Marc Yvonnou, Nicolas ANDRIN