Jack Britten Joolama 

Collections

National Gallery of Australia
National Gallery of Victoria
Art Gallery of Western Australia
Art Gallery of New South Wales
Art Gallery of South Australia
Araluen Art Centre
Holmes a Court
Museum and art Gallery of the Northern Territory
Kerry Stokes, Fondation Kelton (USA)
Gifu Museum (Japon)
Artbank,…

Prix

Œuvres

Biographie

Gija Jack est né en 1925, une période néfaste pour les Aborigènes du kimberley qui voient les hommes blancs arriver en masse à la recherche d’or. C’est une période de massacre et Jack s’en souviendra toute sa vie. Son nom aborigène est Warngayirriny (une sorte de miel sauvage) et il fait référence à un Rêve important pour sa famille. Il porte également le nom de « Yalarrji » qui est le nom d’un site sur lequel il a campé longtemps avec sa famille. Son nom européen Britten lui a était donné par un blanc, Ted Britten, qui l’a en quelque sorte adopté et protégé. Jack peint depuis son plus jeune âge. Ses grands parents lui ont enseigné la peinture et la gravure traditionnelle. Ils fabriquaient alors quelques petits objets qu’ils peignaient avec de l’ocre qu’ils mélangeaient à du sang pour fixer les pigments plus durablement.

Mais il va commencer à peindre pour le marché de l’art qu’en 1979. Jack peint essentiellement des paysages en perspective et il est surtout connu pour ses peintures des monts Bungle Bungle (Purnululu). Mais il décrit parfois les motifs corporels et les Rêves qu’il tient de sa mère. Il découpe parfois sa toile en quatre parties. Pour peindre, Jack utilise un noir-sépia très spécial. Ses peintures sont parfaitement identifiables à la mesure du personnage, pleine de force et d’une grande beauté. Il a également réalisé des gravures. Jack dit qu’il peint sous une espèce d’impulsion divine (« The Spirit urges me to do this »).

Jack s’était installé peu avant sa mort sur le lieu de naissance de sa mère, Wurreranginy, une « outstation » dont il était le leader et situé à quelques 35 Km de Warmun / Turkey Creek. Son autorité morale, l’énergie qu’il a mis à aider les jeunes artistes, les prix qu’il a remporté (en 1992, National Aboriginal Art Award notamment) font de Jack Britten un des plus important artiste aborigène. C’était aussi un grand homme.