Julie Woods 

Collections

Prix

Œuvres

Biographie

Julie Woods est née  dans le bush tout près de la communauté de  Docker River. Son grand-père, un homme de la région de Blackstone (Papulankutja) meurt avant sa naissance et sa famille s’installe momentanément à Irruntji (Wingellina – à une centaine de km à l’est de Blackstone. On est ici tout proche de la frontière entre les trois états : Territoire du Nord, Australie Méridionale et Australie Occidentale).

Julie vit à à Kanpi (juste au sud des fameux monts Olgas (Kata Tjuta) au nord de l’Australie Méridionale avec son mari Lance Peck, sa mère Elaine Woods, sa grand-mère  Maringka Baker et ses trois soeurs Janice Woods, Venita Woods and Casseyanne Woods. .

Dans le milieu des années 2000 la terre des Pitjantjatjarra et Ngaanyatjarra est touchée par le mouvement pictural. Les communautés aborigènes, ici souvent très petites, avec moins de 100 individus, s’organisent et créent des centres d’art.

Deux des artistes qui émergent rapidement sont Maringka, la grand-mère de Julie, et Jimmy Baker, son grand oncle. Si l’œuvre de Julie (qui se met à la peinture en 2010) semble inspirée par celui de sa grand-mère , il puise aussi dans l’attachement à ses terres, à leur richesse  (Julie continue d’aller chercher la nourriture dans le bush en famille. Sa grand-mère, Maringka est connue pour son habilité à trouver les larves de papillons de nuit qui sont une source de nourriture très appréciée) et dans les profondes connexions spirituelles des sites sacrés avec le monde du Rêve.

La plupart de ses toiles sont titrées Wana Wani ou Minyma Kutjara Tjukurpa (l’ histoire de la création des Deux Sœurs ). Ngayuku ngura untjalpa ( c’est le pays de son arrière grand-mère )et décrivent, sous forme symbolique, l’histoire de Deux Femmes (des Ancêtres), leur voyage dans la région comprise entre Kintore et Wingellina (au sud) en passant par Tjukurla et Docker River. Durant leur voyage elles rencontrent d’autres femmes, collectent de la nourriture et chassent les varans (Goanna ou Perente). Mettant en scène l’histoires des Héros Créateurs, et géographie, avec les éléments naturels des paysages créés par Eux. Mais il y a toujours plusieurs niveaux d’interprétation. Des éléments de la vie cérémonielle, des détails des cérémonies apparaissent, ici objets sacrés (Tjuringa), des objets comme les jupes cérémonielles confectionnées par les femmes, là éléments des peintures corporelles. On y ajoute aussi des détails profanes comme les différentes sources de nourriture…