Prince of Wales 

Collections

Art Gallery of New South Wales, Sydney
Art Gallery of Western Australia, Perth
Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin
National Gallery of Australia, Canberra
National Gallery of Victoria, Melbourne
Wollongong Art Gallery, New South Wales

Prix

Œuvres

Biographie

Prince of Wales (Midpul de son nom aborigène) est né vers 1938 à Belyuen (Dellisaville), une petite communauté de l’autre côté de Darwin Harbour, Midpul, plus connu sous le nom de Prince of Wales, était un gardien et un chef des cérémonies et des danses de Larakia, un joueur de didgeridoo et un artiste de peinture corporelle cérémonielle pendant une grande partie de sa vie. Son père, Imabul, était également connu sous le nom de King George et ceci, peut-être autant que le fait que Midpul dansait pour la reine Elizabeth lors d’un voyage royal en Australie dans les années 1960, a donné son nom anglais familier. ‘Prince’ a grandi avec les Wadgigiyn de sa mère, sur la péninsule de Cox, de l’autre côté du port de Darwin, et a passé la plus grande partie de sa vie adulte avec d’autres membres du clan Dangalaba au campement de la plage de Cullen (Kahlin). le développement de la marina.
Bien qu’il ait subi un AVC avant d’être reconnu comme artiste, il a poursuivi sa pratique et sa passion pour la peinture et est devenu le premier artiste aborigène contemporain de la région de Larakia. Son travail est un rendu unique sur la toile des motifs de corps traditionnels utilisés lors des cérémonies de Danggalaba.

Le respect accordé à Midpul par les plus jeunes membres de la tribu Danggalaba était tel que, malgré le contenu culturel sacré spécifique de son art, aucun défi n’était monté lorsqu’il commença à produire ses toiles. En tant que dernier «ancien» de la tribu, il a parlé de sa responsabilité de révéler cet élément visuel sacré de sa culture au courant dominant. Compte tenu de l’hésitation des premiers jours du mouvement d’art aborigène contemporain à divulguer des symboles sacrés au public, son autorité peut découler du fait qu’il n’y avait tout simplement pas d’anciens restants vivants pour le défier. Quoi qu’il en soit, quand ses peintures – principalement intitulées «Body Marks» – sont devenues publiques en 2001, son travail a acquis une réputation immédiate en tant qu’art de jour du minimalisme moderne. C’était la deuxième année que ‘Prince’ avait gagné le prix d’art aborigène de Telstra dans la catégorie peinture générale (son succès précédent, en 1996, allait et venait avec beaucoup moins d’attention).

Prince of Wales, a été cinq fois lauréat du National Aboriginal Art Award et du Torres Strait Islander Award, a tenu sa première exposition solo à la Galerie Gabrielle Pizzi en 1997 et quatre autres à la Karen Brown Gallery de Darwin et à la Hogarth Gallery A Sydney. Sa mort survient à un moment où sa carrière artistique ne commence vraiment qu’à fleurir et où l’intérêt commercial commence à se traduire par de véritables ventes. Il n’est pas difficile de voir pourquoi ses peintures ont été si rapidement prises en charge par le public d’achat d’art, une fois qu’elles sont devenues proéminentes. Les couleurs vives, les larges points et les lignes de type domino correspondent à une esthétique très contemporaine.

Malheureusement, ce fort intérêt commercial ne s’est manifesté qu’à la fin de sa vie et une grande partie de sa production créative était à petite échelle, exécutée sur des bouts de carton, du papier et des objets trouvés. La reconnaissance artistique qui est venue avec le prix d’art aborigène Telstra et la prise de conscience de la valeur commerciale de son travail ont vu ‘Prince’ peindre des toiles à grande échelle seulement vers la fin de sa carrière. À cette époque, sa position en tant que «dernier» Larakia, homme à part entière, était un héritage auquel il s’identifiait fortement, même si sa relation avec le titre était ambivalente et, parfois, un lourd fardeau. Il est décédé le 27 décembre 2002 après avoir créé un important héritage artistique et posé les bases de l’émergence d’un mouvement artistique contemporain Larakia. Son travail a été exposé à titre posthume en 2003, dans l’exposition collective «Emerge» au Musée et galerie d’art du Territoire du Nord, Darwin.

Expositions:

2015 No Boundaries: Aboriginal Australian Contemporary Abstract Painting, Nevada Museum of Art, Nevada USA; Portland Institute for Contemporary Art, Portland, USA, Pérez Art Museum, Miami, Charles H. Wright Museum of African American History, Detroit, USA; Herbert F. Johnson Museum of Art, Cornell University, New York, USA
2003 Emerge, Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin
2001 Winner, 18th National Aboriginal and Torres Strait Islander Art Award, Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin
1997 Prince of Wales: Body Marks, Gallery Gabrielle Pizzi, Melbourne