+33 (0)9.81.07.86.22 | +33 (0)6.10.25.55.00 aborigenefr@gmail.com

Rover Thomas Joolama

Collections

  • Musée du Quai Branly, Paris, France
  • Art Gallery of New South Wales, Sydney
  • Art Gallery of South Australia, Adelaide
  • Art Gallery of Western Australia, Perth
  • Berndt Museum of Anthropology, University of Western Australia
  • The Holmes a Court Collection, Perth
  • The Kelton Foundation, Santa Monica, U.S.A
  • Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin
  • National Gallery of Australia, Canberra
  • National Gallery of Victoria, Melbourne
  • Queensland Art Gallery, Brisbane
  • Collection Philippson, Belgium

 

Prix

  • 2011 Ranked 2/100, Most Important Australian Indigenous Artists (both living and deceased)
  • 1993 Australia Post, Dreamings series, for International Year for the World’s Indigenous People, Kalumpiwarra-Ngulalintji (1984), reproduced on the $1 postage stamp.
  • 1990     John McCaughey Prize.(Acquisitive) Art Gallery of New South Wales, Sydney
  • 1990     La Biennale di Venezia.Venice, Italy: Australian Representative, with Trevor Nickolls (b.1949)

 

Expositions

Solo Exhibitions:

  • 2004 Rover Thomas: I want to paint, Art Gallery of New South Wales, Sydney
  • 2003 Rover Thomas – I want to paint, The Ian Potter Centre, National Gallery of Victoria, Melbourne
  • 2002 The Paintings of Rover Thomas, Utopia Art, Sydney
  • 1994 Roads Cross, The Paintings of Rover Thomas, National Gallery of Australia, Canberra
  • 1994 Rover Thomas, Utopia Art, Sydney

 

Group Exhibitions, selection:

  • 2021 « Aboriginalité », Collection Philippson, Musées Royaux des Beaux Arts de Bruxelles, Belgium
  • 2018 « Les Derniers Initiés » Aborigène Galerie, Paris, France
  • 2017 « Pigments » Aborigène Galerie, Paris, France
  • 2016 Aborigène Galerie, St Germain-des-prés, Paris, France
  • 2016 ‘Everywhen: The Eternal Present in Indigenous Art from Australia’, Hardvard Art Museums, USA
  • 2013-2014 ‘Vivid Memories – An Aboriginal Art History’, Musée d’Aquitaine, Bordeaux, France
  • 2000 Nicholas Hall, Hermitage Museum, St. Petersburg, Russia
  • 2000 ‘From Appropriation to Appreciation: Indigenous influences and images in Australian Visual Art’, Flinders University Art Museum, Adelaide, Australia
  • 1996 ‘Nangara: The Australian Aboriginal Art exhibition-Ebes Collection’, Stichting Sint-Jan, Brugges, Belgium
  • 1996 ‘Abstraction: Signs, Marks, Symbols’, National Gallery of Victoria Melbourne, Australia
    1995 ‘Stories: Eine Reise zu den grossen Dingen’, Touring: Sprengel Museum Hannover, Museum fur Volkerkunde Leipzig, Haus der Kulteren der Welt Berlin, Ludwig-Forum fur Internationale Kunst Aachen, Germany
  • 1994 ‘Identities: Art from Australia’, Taipei Fine Arts Museum, Taipei, Taiwan
    1994 ‘Power of the Land: Masterpieces of Aboriginal Art’, National Gallery of Victoria, Melbourne, Australia
  • 1993 ‘Images of Power: Aboriginal Art of the Kimberley’, National Gallery of Victoria, Melbourne, Australia
    1992 ‘Crossroads-Towards a New Reality: Aboriginal Art from Australia’, National Museums of Modern Art, Kyoto and Tokyo, Japan
    1990 Venice Biennale: Australian Representative, with Trevor Nickolls, Venice, Italy
  • 1990 ‘Contemporary Aboriginal Art
  • 1990 From Australia’, Third Eye Centre, Glasgow and touring United Kingdom
    1989 ‘On the Edge: five contemporary Aboriginal artists’, AGWA, Perth, Australia
  • 1986 ‘The Third National Aboriginal Art Award Exhibition’, Museum and Art Gallery of the Northern Territory, Darwin, Australia.

 

Œuvres

Biographie

Nom:                                   Rover Thomas Joolama né vers (1926 – 1998)

Langage :                           Kukatja / Wangkajungka

Communautés:               Gunawaggi / Warmun

Rover Thomas est né près de Gunawaggi à Yalda Soak, dans le désert aride d’Australie occidentale. Le père de Rover Thomas, un Aborigène qui vit de façon traditionnelle, a été tué par des blancs. Il suit alors un parent adoptif qui le mène vers le Kimberley. Rover est un homme du désert.

Il sera gardien de troupeau presque toute sa vie (40 ans).Toutefois, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, un certain nombre de bouleversements sociaux et culturels se sont produits à travers le Kimberley.

Tout d’abord, les propriétaires des fermes ont licencié des centaines de travailleurs aborigènes qui se sont installés dans les banlieues blanches où ils ont établi des camps.

Ensuite, le passage du cyclone Tracy, la veille de Noël 1974 détruisit Darwin. Cette ville était considérée par les Aborigènes du Kimberley comme le centre de la culture européenne et, comme les cyclones, la pluie et les tempêtes étaient généralement associés par les aborigènes  aux serpents arc-en-ciel ancestraux, les aînés ont interprété  l’événement comme étant un avertissement des ancêtres demandant aux aborigènes de redonner vie et force à  leurs pratiques culturelles ancestrales.

En 1975, Thomas s’était établi à Warmun et dans ses rêves il avait reçu la visite de l’esprit d’une tante décédée lors d’un accident de voiture sur une route inondée par le cyclone Tracy.

Sa tante transportée à l’hôpital de Perth décéda dans l’avion au-dessus de Broome dans l’ouest de Kimberley.

De là, son esprit a voyagé à travers le Kimberley, en visitant des sites sacrés et historiques le long du chemin jusqu’à ce qu’elle atteigne sa maison dans l’est où elle a vu le Serpent arc-en-ciel détruire Darwin. Le récit est devenu la base de la cérémonie Kurirr Kurirr que l’esprit de la tante de Thomas lui avait révélé.

Bien qu’étranger à la région, il est devenu le propriétaire de ce rituel et son oncle clanique Paddy Jaminji a pu peindre les premiers panneaux sous la direction de Rover. Il commença à peindre les emblèmes de Gurirr Gurirr en 1981.

Ce fut un choc esthétique, Rover peignait  avec une fluidité que les vieux initiés Gija de la communauté de Warmun (Turkey Creek) où il vivait , n’avaient encore jamais vu.

C’est donc tout naturellement que les Gijas se tournèrent  vers lui pour peindre leurs souvenirs des massacres qui ont duré jusqu’au années 40. Rover peint alors  une série extraordinaire sur ce thème, tout en sobriété, sans motifs figuratifs. Rover devient un artiste majeur en Australie. Il va poursuivre une carrière artistique productive et dynamique.

Il a représenté l’Australie en 1990 à la Biennale de Venise avec un autre artiste aborigène, pionnier du mouvement artistique urbain,  Trevor Nickolls. Il a fait l’objet de l’importante exposition «  Roads Cross », les  peintures de Rover Thomas  étant présentes dans la National Gallery of Australia de Camberra en 1994.

En 2000, le travail de Thomas figurait  parmi  huit groupes individuels et collaboratifs d’artistes indigènes australiens présentés dans le prestigieux Nicholas Hall au musée de l’Hermitage en Russie. L’exposition a reçu une réception positive des critiques russes, dont l’un a écrit:

 «  This is an exhibition of contemporary art, not in the sense that it was done recently, but in that it is cased in the mentality, technology and philosophy of radical art of the most recent times. No one, other than the Aborigines of Australia, has succeeded in exhibiting such art at the Hermitage ». 

Il reçoit la même année le prix Patrick Mc Caughey. Ses œuvres ont fait le tour du monde (Japon, USA, Allemagne, France, Grande Bretagne, Belgique, Danemark…).

Les musées australiens montent des retrospectives. En 2001, le prix d’une de ses œuvres atteint les 778 750$ , 120 x 180 cm, 1991, « All that big rain coming from top side » en vente publique.

Son travail a été vu dans plusieurs expositions nationales et internationales. Thomas est lui même allé à Venise et à New York. Il a reçu un doctorat honorifique de l’Université Western Australia en 1997 en reconnaissance de sa contribution aux arts.

Il décèdera le 11 avril 1998, au sommet de sa gloire.  Il est pour certains spécialistes le plus  grand  peintre australien.

Record:

Titre « All That Big Rain Coming from the Top Side » année 1991, Natural earth pigments and synthetic binder on convas, 180×120 cm, Sotheby’s, Melbourne, 09/07/2001. Lot 66. 778 750,00A$