Maggie Watson Napangardi 

Collections

Musée du Quai Branly, Paris, France
Art Gallery of Western Australia, Perth.
Flinders University, Adelaide.
Musee National des Arts Africains et Oceaniens, Paris, France.
National Gallery of Austraila, Canberra.
National Gallery of Victoria, Melbourne.
Private Collections.
South Australian Museum, Adelaide.
The Kelton Foundation

Prix

Œuvres

Biographie

Maggie Watson a commencé à peindre à l’âge de 60 ans, elle est devenue l’artiste féminine senior de Yuendumu. Située au sud de Warlpiri, Yuendumu était devenu la communauté principale dans laquelle les gens de Warlipri ont été installés après les années 1950.
Maggie était un leader parmi un groupe d’artistes féminins qui ont commencé à défier la domination de la peinture acrylique masculine dans la région du désert central à partir du milieu des années 1980. L’émergence de ces femmes à Yuendumu et simultanément à Utopia (parmi les peuples d’Anamtjerre et Alyawarre) a contesté l’idée que les hommes étaient les seuls gardiens de la vie visuelle de ces communautés.
Lorsque la coopérative d’artistes Warlukurlangu a été établie à Yuendumu au milieu des années 1980, Maggie est devenue la chef d’un groupe de femmes dont le travail a été inclus dans la première exposition de la communauté au Araluen Arts Center à Alice Springs en 1985. Leur première exposition commerciale a eu lieu en 1987 dans les galeries Hogarth de Sydney et l’année suivante, les peintures de Maggie ont été incluses dans l’exposition Yuendumu, Paintings of the Desert au musée australien. Cette exposition a voyagé à l’échelle nationale et internationale.

La volonté de Maggie d’adopter les peintures acryliques à la surface brillantes a été fondée sur la réponse des Warlpiri aux surfaces chatoyantes associées à la beauté et qui rappelle les êtres ancestrales complètement embellis sur leur émergence originale. Au fil du temps, son utilisation de couleurs flamboyantes et de surfaces richement texturées est devenue la marque de ses peintures. Ses œuvres étaient colorées et présentaient souvent des nuances pastels subtiles telles que des jaunes doux, des éclaboussures d’une turquoise luxuriante et le bleu clair qui rappelle un ciel d’été. Ses meilleurs travaux avaient une forte qualité de peinture et, bien qu’ils fussent exécutés méticuleusement, ils donnaient ce sens joyeux d’abandon.

Maggie Watson a créé des peintures pendant 15 ans mais n’a jamais été une artiste prolifique. Elle n’a travaillé que sporadiquement pour le Warlurkulangu Art Center à Yuendumu après la période de formation à la fin des années 1980. La grande majorité de sa production limitée a été produite en travaillant avec Peter van Groessen, le mari d’une de ses filles qui a maintenu des espaces de travail de studio à Adelaide et Alice Springs depuis le début des années 1990. Ces peintures ont été principalement vendues à travers le Kimberley Art à Melbourne et à Chicago Gallery. Ils comprennent la quasi-totalité de ses œuvres plus importantes qui ont été responsables de sa réputation croissante depuis 2000 en tant que femme féminine aborigène la plus réussie après Emily Kngwarreye. Ses œuvres ont été présentées dans de nombreuses collections importantes, dont The National Gallery of Australia et le Musée national des arts africains et océaniens à Paris.

Maggie a joué un rôle majeur dans la toile de 7 x 3 m qui a été réalisée en 1991 et exposée dans l’exposition européenne de 1993 Aratjara – Art aborigène australien, organisée par le Kunstsammlung Nordrhein Westfalen à Dusseldorf, en Allemagne de l’Ouest, et son travail a été inclus dans le La collection Warlpiri de la Galerie nationale australienne a été mise en service en 1992.
Après sa mort, le travail de Maggie Watson a été exposé dans la grande exposition Color Power – Aboriginal Art Post 1984, au National Gallery of Victoria.
Record:

A$348,000 Mina Mina Dreaming 1995 Synthetic polymer paint on canvas, 202 x 148 cm,
Est: A$260,000–320,000 Lawson~Menzies  Sydney, 19/06/2008. Lot No. 248

LITERATURE

Hetti Perkins, Aboriginal Women’s Exhibition, Art Gallery of New South Wales, Sydney, 1991, p. 51, (illustrated)
Elizabeth Ann MacGregor, Dancing Up Country; The art of Dorothy Napangardi, Museum of Contemporary Art, Sydney, 2002, p. 78 (illustrated)